IHEDN - AR19

ASSOCIATION RÉGIONALE TOULOUSE Midi-Pyrénées

 
S'identifier | Contacts | Plan du site  




Visite des laboratoires de l’Observatoire du Pic du Midi (OMP/CNRS/INSU/Université Paul Sabatier)


Publié le mercredi 18 mai 2011


JPEG - 140.1 ko
Visite du Pic du midi

Le 14 mai 2011, une délégation de 35 personnes de l’AR19 IHEDN s’est rendue au Pic du midi . Arrivés le 13 au soir dans la Résidence Tourmalet à La Mongie, les visiteurs ont entendu une conférence tenue par M AURIGNAC , astronome amateur, sur "le rayon vert" qui éveillait les consciences sur l’existence de merveilleux signes lumineux, présents dans l’environnement et auxquels nous ne prêtons pas toujours attention. De nombreuses questions suivirent , puis un très bon apéritif, et un dîner très convivial.

Le début de la conférence de M AURIGNAC

Présentation du conférencier M.AURIGNAC

Le rayon vert

Le rayon vert

Le diner convivial

Dîner convivial à La Mongie

Dîner à La Mongie 2

Le lendemain matin, rendez-vous au téléphérique du Pic du midi pour ascension à 10H. Un point de vue magnifique attendait les courageux et de belles photos furent réalisées avant l’arrivée du mauvais temps. Accueil sur les terrasses par les techniciens de l’OMP du Pic qui partagèrent le groupe en deux pour commencer les visites.

Images des sommets autour du PIC

Vue des sommets pyrénéens depuis le Pic du Midi

Vue du Pic juste avant la pluie

Vue de la terrasse du Pic sur les coupoles, les antennes et la salle de restaurant

Vue de la terasse , des coupoles et antennes

1-Visite du télescope Bernard LYOT (TBL), instrument national permettant l’observation de la lune, des planètes du système solaire, des étoiles et nébuleuses, jusqu’aux galaxies et leurs amas. Des recherches très spécialisées sont effectuées avec le TBL sur le champ magnétique des étoiles. De nouveaux équipements (spectropolarimètres) permettront des études plus larges.

Le telescope Bernard LYOT

Le telescope bernard LYOT

Le télescope Bernard Lyot (anciennement télescope de 2m) : Petite histoire :

La qualité des images astronomiques obtenues au Pic avec des instruments modestes, puis de plus en plus performants (T1M) a imposé la nécessité pour la France de se doter d’un télescope de grand diamètre. Le choix d’un miroir de 2 m de diamètre est un compromis entre la qualité des images (d’autant meilleure que le miroir est plus grand) et le coût et les difficultés d’une nouvelle construction au Pic (la superficie est quasiment tout occupée et les difficultés techniques d’un tel chantier en montagne sont bien grandes. Le projet né en 1964, les études techniques faites, la construction a commencé en 1970 et a été achevée en 1972 en ce qui concerne le gros oeuvre.

Le 3 juillet 1980 c’est la " première lumière " du T.B.L. La tour a des dimensions de 28 m de haut pour 14 m de diamètre. C’est une double tour, sur la tour intérieure repose le télescope, la tour extérieure sur laquelle repose la coupole a pour fonction d’amortir les vibrations de la rotation de la coupole et les effets du vent. La coupole est d’un type nouveau, étudiée pour éviter les échanges thermiques entre l’air extérieur et l’air intérieur de la coupole. L’instrument est constitué d’un miroir de 2 m de diamètre, reposant sur une monture fer à cheval ou équatorial. Elle est idéale en astronomie, elle se caractérise par son axe principal incliné parallèlement à l’axe de rotation de la Terre (variation de l’angle. Cet axe est appelé axe polaire, car il est dirigé vers le pôle Nord céleste. En faisant tourner l’instrument autour de cet axe (variation de l’angle α) à la vitesse dite Sidérale, on conserve l’objet observé dans le champ de l’oculaire. On annule ainsi le mouvement apparent de la voûte céleste. Le déplacement, dit « en Ascension droite », peut être obtenu manuellement ou à l’aide d’un moteur électrique. L’objet visé demeure ainsi facilement centrée dans le champ, ce qui permet la photographie ou l’observation à fort grossissement. Les montures équatoriales sont dotées de cercles gradués qui permettent la recherche d’un objet invisible à l’œil nu, par les seules coordonnées célestes. Le télescope et la monture qu’abrite la coupole Tourelle Il est entièrement commandé par ordinateur et équipé de récepteurs électroniques (Caméras CCD.)

2- Visite des coronographes

Inventés en 1930 par B.LYOT, il permet l’étude de la couronne solaire en dehors des éclipses. Cet instrument produit une éclipse artificielle, et doit être utilisé en haute altitude pour bénéficier de la pureté du ciel. La couronne solaire est l’atmosphère externe du soleil (c’est de la matière essentiellement composée d’hydrogène) et la connaissance de ses propriétés est fondamentale pour l’étude de la physique solaire.

Le coronographe

Une vue du coronographe

La couronne solaire

La couronne solaire

Autre vue d’une couronne solaire

Vue d'une couronne solaire

Quelques sites pour plus d’informations :

http://www.climso.fr/pages/index.php

http://bass2000.bagn.obs-mip.fr/

http://www.bagn.obs-mip.fr/webcamV2/

http://www.picdumidi.com/

Encore une grand MERCI à toutes les personnes qui ont contribué à ces merveilleuses découvertes d’un site Midi-pyrénéen unique : Les directions et services de l’OMP ( JM ABBADIE), les services de la SEM qui gère le Pic et du Conseil général 65 qui organise les voyages.

Photos copyright O. de Baichis / IHEDN AR19





Télécharger le logiciel
Acrobate Reader
pour lire les fichiers .PDF

I.H.E.D.N.
- CASE N° 4 -
6, rue du Lieutenant-colonel Pélissier
31000 TOULOUSE

TEL./FAX : 05.61.22.78.13
E-MAIL : ihedn.ar19@orange.fr

site internet : www.aa-ihednmidi-pyrenees.org